Blog

Exposition « Vitalien VI. L'invention de l'Isola Bella » en avant-première : aperçu de la troisième partie

Palais Borromée : le style baroque des intérieurs dans l’exposition consacrée à Vitalien VI.

Voici quelques nouveaux détails relatifs à la troisième partie de l’exposition « Vitalien VI. L’invention de l’Isola Bella », où l’on peut découvrir toute la beauté et la magnificence de l’intérieur du Palais Borromée.

Le cadre baroque voulu par le comte Vitalien VI Borromée est original et unique, grâce aux meubles, sculptures, peintures, stucs, sculptures en bois coloré et doré, et ouvrages d’ébénisterie. Le projet a été conçu par les architectes Andrea Biffi et Filippo Cagnola, dont la continuité stylistique est évidente, comme le montrent les dessins exposés. Les salles sont ornées de centaines d’œuvres aux cadres peints en or et en bleu turquin, de bustes en marbre, de vases en albâtre et elles se caractérisent par la présence de chambranles en bois peints en faux ébène, enrichis de plaques d’ardoise décorées de fleurs, qui parsèment également les murs.

Vitalien VI et ses concepteurs ont continuellement joué sur le contraste et sur la similitude entre l’intérieur du palais et les jardins extérieurs aménagés en terrasses et les vues sur le lac : les merveilles naturelles et artificielles étaient constamment mises en parallèle.

Lors de la conception du palais, le comte avait prévu une galerie centrale (pour accueillir les peintures qui lui étaient particulièrement chères) avec une alcôve attenante, une solution qui n’est pas inhabituelle pour un palais de l’âge baroque. Cela est attesté par des dessins, des schémas, des fiches de chantier et des photographies représentant des hypothèses de construction et des solutions de décoration.

Il est intéressant de comparer tout cela avec la disposition actuelle du palais et d’observer comment certaines salles (celles des Médailles et du Trône, ainsi que les deux alcôves) ont conservé leur aspect d’origine.

Parmi les tableaux exposés, une place de choix est accordée aux œuvres de spécialistes des nouveaux genres de peinture : natures mortes florales, paysages, perspectives architecturales. Parmi ces derniers, il convient de s’arrêter plus particulièrement sur l’autoportrait du peintre Pieter Mulier (1637-1701), surnommé « Cavalier Tempête », et de son épouse Anna Eleonora Beltrami. Une histoire de mécénat particulière dans laquelle Mulier est accueilli par Vitalien, après de longues années d’emprisonnement à Gênes, bénéficiant de sa protection. En témoignage de sa gratitude, Pieter Mulier lui fit don d’un nombre considérable d’œuvres, déclinant ses différentes spécialités dans le domaine du paysage et des mers en tempête (d’où son surnom) et devenant ainsi le plus important peintre paysagiste présent sur l’île depuis les années de Vitalien VI.

Main sponsor Aon

Articoli consigliati